Notes 1949

Sous le métro aérien / très digne, vive, affairée / en réserve / avec devant elle l’enfant blond qui court / d’un geste qui / chasse une boucle / elle ouvre son regard / mésange dans le chardon des cils / je t’aperçois

Un autre matin : l’aube et ton visage brillant sous les gouttes / nos yeux / comme deux maisons qui se font face / rideaux ouverts

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s