Sonnenwende

Les souvenirs

Fondent les jours

Et rendent la matière

Du ciel poreuse
Que fendent les oiseaux
Libres dans l’air

Égaillés de lumière

Et moi à terre

Et le regard levé
Matins  d’été

Que l’on se promettait

Matins  d’automne

Et le volet qui bat
Finie l’ardeur

Règne le souvenir

(Sonnenwende)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s