La Ronde juillet 2018 : déserts

cette fois la Ronde tournera autour du mot « Déserts »

et je remercie beaucoup  Marie-Christine Grimard

pour son beau texte
j’écris chez :
et la Ronde tourne ainsi :

 

Le jour se lève.

Il faut qu’elle y aille.

Où ça déjà ?  

Ah oui, il l’attend là-Bas !

Il faut qu’elle se lève, qu’elle ne soit pas en retard.

C’est le jour où jamais.

Encore un instant au chaud dans ses draps. Elle ferme les yeux, elle est bien ici finalement.

Dans le couloir flotte un parfum de café et de pain chaud. On lui apportera son petit déjeuner dans une heure. Elle prendra un bon café et deux tartines beurrées avec du miel. Elle adore le miel, blond et âpre à la fois. Elle le sentira couler sur sa langue, descendre doucement le long de son gosier pour réchauffer son cœur…

Elle a un peu de temps avant qu’ils n’ arrivent. Elle se lève un peu trop vite, titube puis se reprend. Il faut qu’elle tienne, c’est le jour où jamais.

Ce jour sera le plus beau, l’apothéose, le bout du tunnel. Elle le sait !

Elle ouvre la porte du placard péniblement. Chaque jour, cette porte est plus lourde. Elle sort son sac de toile, attrape quelques vêtements, sa jupe à carreaux, son chemisier de soie, un pull noir qu’elle ne reconnait pas. La lingère a dû se tromper de chambre, se dit-elle. Peu importe, son pull bleu marine fera la joie d’une autre. Après tout dans le désert, il ne fait jamais froid.

Elle referme la porte, le sac n’est pas trop lourd, ça devrait aller. Il lui faut son chapeau de paille. Ils l’ont accroché sur la patère, mais elle parvient à l’attraper en montant sur la chaise. Ils ne se rendent pas compte qu’elle rétrécit, tous ces jeunes grands comme des jours sans pain. Elle va leur jouer un joli tour en jouant la fille de l’air. Ils n’en reviendront pas.

Elle sourit tout seule sous son beau chapeau, le soleil entre dans la pièce dessinant des centaines de petits pois dorés sur son visage en traversant la paille. Elle aperçoit son reflet dans le miroir et se trouve très jolie comme ça. C’est bien : il faut soigner son image, il n’y a pas d’âge pour cela.

Elle ouvre la porte-fenêtre, dehors le soleil est déjà haut. Il ne faut pas traîner. Ils vont bientôt arriver. Elle attrape son livre et le serre sur son cœur. Elle ne leur laissera pas ce qu’elle a de plus précieux, sa marraine lui a donné quand elle avait cinq ans et c’est tout ce qui lui reste. Tout est dans ce livre, elle n’a qu’à suivre l’histoire. Il est le chemin.

Elle sort, le sable est déjà très chaud. Elle a bien fait de mettre ses bottes. Il faut qu’elle arrive en haut de la première dune avant qu’ils ne s’aperçoivent de son absence. Elle se hâte, en oublie de respirer, feint de ne pas voir les papillons qui se pressent devant ses yeux, n’écoute pas les sifflements qui l’assourdissent. Elle s’arrête pour reprendre son souffle, un petit vent frais se lève, quel plaisir !

Elle commence à redescendre de l’autre côté de la dune, plus doucement puisqu’ils ne peuvent plus la voir. Elle a tout le temps. Le désert s’étend devant elle à perte de vue. Au loin, des nuages se lèvent portés par un vent de sable. Elle n’a qu’à suivre la direction du soleil. Une belle promenade, ma Foi !

Elle relève la tête, personne ne la suit, elle a enfin la paix. Le sable blondit sous la caresse du vent, venant caresser se mollets léger comme mille plumes. Elle avance, ne comptant pas ses pas, sans avoir faim, ni soif. La lumière commence à baisser à l’horizon.

Puis elle l’aperçoit qui l’attend en haut de cette dune. Elle sourit et lui fait un signe de la main. Il lui répond en agitant son écharpe au-dessus de sa tignasse blonde dans le soleil couchant. Confiante, elle marche dans sa direction, elle savait qu’en suivant l’histoire page à page, elle trouverait son chemin dans ce désert…

***

« Je l’ai trouvée comme ça en lui apportant son petit déjeuner, explique la jeune femme. Je lui avais mis un petit pot de miel comme on est dimanche, elle aime bien ça. La pauvre, elle n’en goûtera plus maintenant…

– Tu sais, elle est mieux là où elle est, répond sa collègue. Elle n’a plus posé le pied par terre depuis des semaines et ne pouvait plus nous parler. Elle passait son temps à lire et relire le même livre. Tiens, regarde ! Elle le serre encore contre elle.

– Je pense qu’il faudrait lui laisser. On va faire sa toilette puis on le remettra entre ses mains, et on expliquera à sa fille qu’elle aurait sûrement voulu le garder.

– Tu as raison, c’était son dernier trésor, peut-être son seul souvenir là où elle en était arrivée.

– Il faut qu’on se dépêche, il fait déjà chaud dans la chambre. On ne pourra pas la laisser là bien longtemps…

– Regarde, dit sa collègue en s’approchant de la porte-fenêtre, elle n’est pas fermée. C’est bizarre, je me demande qui l’a ouverte. Il fait déjà une chaleur de ce côté ! La pelouse a disparu tant le soleil a tapé ces derniers temps, on se croirait dans le désert…

***