Steinbruch 1953

Au dessus de l’épaule de la forêt Dans le crépuscule 

Une mince piste de ciel : où la lune

Entreprit de danser
Le sommeil par dessus tout 
Et

Ton souffle régulier 

Me réconforte 
Dans le bleu profond 

Où je disparais 

  

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s