[Paris 1949] poème

20130216-125225.jpg

Comme le mot tombe
Sur la terre
Le bruit des étoiles
Leur signature dans
Le ruissellement du ciel

Sur la tranche de l’arbre
Le temps trace des cercles
Ainsi le bois qui dure
Et le temps qui passe
Dansent
Se rencontrent

Je rentre, je m’arrête dans le soir à l’écoute d’un chant
De merle
Et le mauve ne
Touche pas l’instant

Un moment
Je ne crois plus à la mort
Je chante

Objets offerts
Dans la brocante du monde
Je passe au milieu de vous dans la ville
Toute vie est un bouquet
Qui s’ouvre
Puis fanera le soir

Hésitation de la pie
Sur la neige
Cette décoration d’un instant
Qui me comble

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s