promenades (une colombe)

C’était un jour sans ourlet sans couture journée continue journée grise de fin d’hiver et moi complaisante abandonnée dans le sommeil un jour sans fil à suivre et dans la rue ce matin-là j’avais aperçu une colombe ou peut-être un pigeon blanc boitillant sur une seule patte rouge sur la chaussée sauter sautiller comme un criquet et j’étais moi blottie dans le tissu dans un grand rideau drapeau orange oriflamme je me

souvenais de l’oiseau blanc unijambiste qui tout d’un coup était entré dans mon rêve et je pensais il boite mais au moins il peut voler la même phrase que j’avais lue chez Frisch dans cette partie de ces textes de l’époque où il écrivait encore des lettres en Israël au kibboutz Gerdot car Raya s’était maintenant installée jeune femme de vingt-huit ans bientôt avec trois enfants Rudi Yoav Rachel oui tout me revient en

désordre en images pas en mots la mémoire est comme ça elle ne trie pas le bon et le mauvais souvenirs réels et ceux que d’autres t’ont racontés et puis comme chaque mardi Caroline le téléphone et elle dit Anne arrête donc de m’écouter s’il te plaît Anne il faut que tu répondes hein parfois je penchais dans la rue et je voyais un grand caniche royal qui boitait lui aussi et je pensais à d’autres mots d’autres amorces de

phrase d’histoires comme escarbille camélia corail cœur O dans l’E jaune des feuilles vernies comme le dit répète souvent Daniel Tu es une sorte d’éponge vous savez Anne est comme un brocanteur de phrases, et note tout ou du moins cherche à alors que je tourne maintenant  les pages d’un magazine avec le doigt mouillé et me revient encore le moment ou F raconte son arrivée dans une gare: A la gare, qui s’étend au pied d’une falaise

rocailleuse, il saute du train et traverse le quai en quelques pas. C’est un endroit au charme ancien: sur le quai un auvent soutenu par des poteaux en fonte, et puis il faut traverser le large hall, passer devant un guichet et un petit libraire. L’été, on voit au dessus comme un monolithe de calcaire, illuminé par les rayons d’un soleil brûlant. De l’autre côté de la rue, une voiture de  sport est stationnée, il se dirige

rapidement par là. Il y a une femme brune au volant, qui porte une jupe de lin . On suit la courbe d’un cou délicat avant d’arriver à deux yeux profondément verts et juste après il dit que le style ne lui importe pas après tout que puisque rien de lui ne sera ne restera pourquoi se donnerait-il du mal à mettre d’aplomb le texte pour des lecteurs absents ? pourquoi alors ponctuer le texte et pourquoi pas écrire des versets de cinq lignes tant

qu’on y est il note Je suis une personne déplacée qui existe à peine je suis une trace dans l’air c’était une sorte de refrain et juste après  le téléphone de Caroline j’ai eu envie de lire un peu de poésie de Valérie Rouzeau et ensuite un poème de  Darwich et je mettais des cartes postales au milieu je reprendrais ma lecture plus tard quand les enfants seraient couchés c’était un mardi puisque c’est le jour où Caroline

téléphone toujours Caroline qui me disait en fac Mon chou toi jamais tu trouvera d’homme et maintenant je suis devenue Mme Daniel Le Cléac’h vraiment qu’est ce qui m’a conduit ici et même le mariage après tout mon Daniel oui j’habite ici je possède en héritage de hasard tout ce qui reste de Frisch tout ce qui reste de John Spalding tout ce qui s’est réfugié entre les pages manuscrites & que je déchiffre mal et mot à mot

sur petits morceaux de papier écrits au crayon et ailleurs il est noté Ne pas se soucier de plaire NE PAS VOULOIR PLAIRE voici ce qu’il faudrait Joseph, ne pas écrire pour plaire surtout, être un jour enfin soi même et c’est peut être impossible

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s