centaine (d’écriture)

         les jours où j’avais beaucoup lu je savais bien que je ne devais pas écrire les livres que je rencontre sont comme des îles que je transporte avec moi un peu de terre dans un sachet de toile mais cette terre-là ce n’est pas moi non pas qu’être soi me parût si important mais je ne voulais pas refaire je ne voulais pas imiter si j’écrivais ce devait être comme un gravier un petit gravier qui serait le mien ma contribution à l’élucidation du monde de l’île inconnue si tu veux quand j’écrivais je ne devais pas avoir lu

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s