mal de tête [1947 lettre à Erich Trempler]

(…) Soleil fin d’après midi votre lettre madame remerciements génuflexions et souvenirs cannes bruits dans ville lueurs ombres a contresco, et puis magasins dévastés par le temps virgule Rosa Meissner 1906. C’est alors mais oui parfaitement droite parfaitement fine ah la pensée, quelques sous ! non rien de plus

et cette sueur, toute cette sueur

Revenir, revenir, creuser le temps qui passe nous rien, cette chose mon âme, ou pas chose mais matière, ce coup de vent mon âme, qui s’envole par ma bouche par ma tête qui me folidouce, migraine.

puis prudemment les étages vers le haut, étage numéro quatre PRESENT étage numérrrrro cinq PRESENT et ensuite la panne monter à pied (l’escalier se resserre) mais que Genève est vide ce matin, vide comme un dimanche protestant

à la fin tout se calmait, j’avais la langue comme du carton, l’esprit clair, une froide lucidité sur les choses, je dessinais sur la table le contour de ma main, au fusain, puis je constellais d’étoiles chaque doigt

ça s’arrêtait enfin dans la tête, ça ne battait plus

alors on marchait sous la pluie tendre, et les nuages au-dessus semblaient des joues d’enfants, j’aimais le bruit de mon pas dans les rues, et l’haleine bleue.

Publicités

2 commentaires sur « mal de tête [1947 lettre à Erich Trempler] »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s