nos mains [Paris 1957]

On cherche la vérité dans les livres, on tourne les pages d’un air concentré, c’est qu’il s’agit d’un travail sérieux. Mais non, la vérité n’est pas dans les livres mais dans le regard. La ligne de vie, c’est là qu’elle passe, dans le milieu des visages.

Pas juger, seulement ressentir : songer penser rêver rêvasser attendre ressasser profiter.

Vais-je me mentir ?
Ou du moins jusqu’à quel point ?

Vagues qui se brisent.
La main des vagues sur le front du monde
et puis
Vagues qui s’épanouissent.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s