conférence [Philippe M]

(…) Au loin un peuplier tressaillant et le ciel qui passe du bleu à l’orange.


– Tu vois ?


Il frappe la table de sa main. Pas une note. Jambes croisées-sandales-pantalon de velours kaki-le tricot à fermeture éclair-trop lavé-trop vieux-la montre en plastique noir-
regard qui s’attarde sur ses mains (ongles, veines, la peau ridée, le mouvement des pouces, jointures qui blanchissent dans les moments d’émotion)
veines et tendons, rides, phanères
ciel vers l’ivoire bleuté avec cette tache d’encre déchiquetée d’un nuage
sentiment que contempler serait la même chose
ensuite montée de la lumière comme un souffle vers le rose orangé puis le pourpre
le vieil homme s’interroge: sa parole se ralentit
dit: « se laisser habiter »
ensuite arrive l’image d’un paysage au centre de la mer blanchie d’écume qui reflète la lumière alentour, comme une rue grise entre deux falaises, eau mobile, miroirs. Le froid, au premier plan le sable
ou alors que la mort ne soit pas seulement la mort ? Et soit du même ordre que la naissance. Pensée rassurante


Puis il dit : « se laisser habiter par un visage »
bruit des tuyaux de chauffage
elle a dit : « d’accord mais alors nous ne dormons pas dans le même livre »
ensuite la chambre défraîchie ou le papier beige imite un tressage de paille. Quelques lambeaux, déchirures.
Lavabo surélevé sur des planches il y a une grande baie vitrée au sommet en demi-lune dehors le bourdonnement du vent.

Édredon, chiures de mouches sur le papier

Une autre fois photo de la mouche en gros plan, pratiquement à toucher l’objectif, et derrière, forcément plus flous les arbres de la forêt, nus et flexibles. Fémurs. Craquements. Dissipation

Visite du musée à Venise, quelques jours avant que avec L : quatrième étage, appartement exigu avec un vélo fixe pour rester en forme, la rue porte un nom de musicien. Chacun d’un côté du lit, elle culotte bleu pâle. Autre musée à Pérouse, tryptique robe bleu pervenche de l’ange.

Aussi cette soirée près de sa mère au bord d’un lac (maison de famille, la mère aux cheveux blancs, aristobourgeoise wallonne, éclairée, édulcorée) relation fusionnelle mère-fille (trop souvent, hein, ce mimétisme). Pour T. j’avais acheté une montre-bracelet et voici qu’elle tombe en panne.

Passions diverses, présages, très petite photo d’identité de Raya Béhar jeune (vers 1946 ?) cheveux roux qu’on devine malgré le noir et blanc. Précieusement. En parler pour Joseph F. Poussières au dessus de la moquette, en suspension dans l’éclairage halogène, rêverie

De retour attentif dans la pièce : le vieil homme dit justement qu’il voudrait parler de deux visages, qu’il a une intuition qu’il faudrait découvrir
le mouvement des mains qui se massent se croisent, se décroisent,il a posé la montre

comme pour jouer

voix traînante quand il dit oui on entend « ouais », accent local
mouvement du tronc, balancement
déchiffrer un visage a-t-il dit (j’écris donc) (…)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s