spleen

mercredi soir entre le gris et la fatigue, dans ces jours de ciment, ni grande peine, ni folle joie, mais juste la vie qui use, qui passe dans un sentiment pénible (médiocre, neutre ? vaguement). Visages à la mode, tenues à la mode, neutres eux aussi, semblables, imperceptibles. Autant alors confier aux livres ce besoin de consolation qu’on ressent. Pour animer ton silence intérieur d’un chant.

Plus tard au carrefour des Bv St-Michel et St-Germain – pile au milieu, là … – un soulier oublié. Quelques instants plus tard le sourire radieux d’une cycliste qui revient sur ses pas, un pied chaussé, l’autre nu: Cendrillon !

Plus tard encore ce café qui ferme, des piles de chaises réunies devant la terrasse, puis le bourdonnement ouaté de la nuit qui appareille.

Rideau.


Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s