seine [Rouen 1950 ?]

Le champ des villes
Un chant de ruines

Creuse la mine
La pluie le vide

En ville : nuit
En ciel dérivent

Et les amers
D’attache point

Le pas qui sonne
Où le quai glisse

De l’eau du Fleuve
Ô tant de bruines

Au vent des villes
Sauvent qui peuvent

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s